mercredi 13 mai 2015

Journée portes- ouvertes au complexe culturel ‘’ Le Centre ‘’ de Lobozounpka : « Charly dans la fusion des visages, Niko crée un échange entre l’œuvre et le visiteur et Théodore propose un retour aux valeurs ancestrales »


Le directeur du complexe culturel ‘’Le Centre’’, M. Dominique Zinkpè, de concert avec son staff, a organisé au profit du public béninois, une journée portes-ouvertes, afin de permettre à ceux-ci  de constater de visu, comment  les trois artistes plasticiens en résidence de création depuis deux semaines  travaillent dans leurs ateliers respectifs, mais aussi de découvrir également ce qui a été réalisé par chaque plasticien dans son atelier. C’était le 01er mai dernier en présence de plusieurs visiteurs très satisfaits  que le circuit de tous les ateliers a été effectif sous la supervision générale de M. Dominique Zinkpè.
Ils sont très nombreux à visiter le complexe culturel ‘’Le Centre’’, dans le cadre de cette  journée  portes-ouvertes. Ecoliers, élèves, étudiants et  artistes de toutes catégories confondues sont venus massivement rehausser l’éclat de cette aventure de par leur présence, où les plasticiens en résidence de création, Charly d’Almeida - Niko et Théodore Dakpogan sont prisés dans la densité de leurs créations respectives. Hormis cette catégorie de visiteurs, le complexe culturel ‘’Le centre’’ a reçu également les visiteurs curieux, dont la majorité proviennent des quartiers environnants de Lobozounkpa.  En effet, cette journée portes-ouvertes a connu tout un circuit bien retracé. 

Sous la supervision  générale M. Dominique Zinkpè, des instructions ont été données à M. Salinas Hinkati, bibliothécaire chargé de l’animation dudit complexe pour l’orientation  coordonnée des visiteurs. Puisqu’il s’agit d’une journée portes-ouvertes à l’honneur du trio : Charly-Niko- Théo, les visiteurs sont directement conviés à aller au niveau de chaque atelier de création afin de constater de visu  chaque plasticien à l’œuvre. Ensuite, certains visiteurs étonnants ont cherché à aller loin dans leur quête  de découverte à travers des questions de curiosité aux plasticiens. D’autres sidérés face aux œuvres des plasticiens se disent très satisfaits de tout ce qui se passe au niveau du complexe culturel ’’Le Centre’’. Après cette étape de découverte, les visiteurs sont orientés vers la bibliothèque en passant surtout par la salle d’exposition. Dans cette coordination, où tout est planifié, le complexe culturel ’’Le Centre’’ a eu le privilège de recevoir également une quinzaine de stagiaires suivant les travaux d’un atelier de formation sur la peinture, sous la houlette de l’association ‘’Ma culture’’ de M. Laudamus Sègbo.   Cette délégation, conduite par ce dernier, a connu le même parcours de visite retracé par le directeur du complexe culturel ‘’Le Centre’’. Riche, belle et très  enrichissante, cette journée portes-ouvertes a pris fin autour d’un cocktail avant de permettre au complexe de lancer sa toute première projection cinématographique avec  le film chihuahua de Beverly Hills.

Au cœur de chaque atelier : « Charly dans la fusion des visages, Niko crée un échange entre l’œuvre et le visiteur et Théodore propose  un retour aux valeurs ancestrales »

Il sonnait 16 heures 21 minutes ce vendredi 01er mai 2015 au complexe culturel  ‘’Le Centre’. Les trois plasticiens en résidence de création  contemporaine, depuis deux semaines, travaillent sans relâche. Dans le lot, quelqu’un peut faire un petit tour dans l’atelier de son homologue, pour juste prêter un outil de travail. Ils se taquinent,  s’échangent sur des points précis  et  se partagent également quelques coups de verre de la bière ‘’Béninoise’’. 
Plus qu’une  bonne ambiance de travail, la résidence de création du trio présage déjà une réussite totale pour le directeur dudit Dominique Zinkpè et  Timothée Grimblat, directeur artistique du complexe culturel ‘’Le Centre’’.  Même si ces plasticiens, de grosses pointures sur la scène internationale, sont unanimes sur le fait qu’ils ne peuvent pas orienter toutes leurs œuvres sur le thème « Capitalisme » au cours de cette résidence, ils ont quand même accepté consacrer une ou deux œuvres relatives à cette thématique. Et c’est pour cette raison que le sculpteur franco-béninois, Niko a eu l’ingénieuse idée d’aborder autrement le thème. Passionné  des bois perdus et bois foutus, Niko a pu ériger au complexe un tronc, qui ne laisse personne indifférent. Pour lui,  ce « tronc racine »  symbolise la base du pays (Bénin) et l’échelle posée sur cette racine représente l’espoir de la vie,  cette envie de monter au ciel, comme l’envie d’être riche. 
« Comme le capitaliste, tout le monde a envie de trouver cette ascension sociale et économique », a –t-il expliqué. Par ailleurs, des traces de miroir ont une présence constante sur les toiles de Niko  depuis quelques mois. Il précise « Je mets des miroirs à la place des yeux sur les toiles. C’est un travail parallèle que je fais sur le miroir. C’est en fait pour créer un échange entre l’œuvre et la personne qui regarde l’œuvre ».
Alors qu’il est très attendu pour offrir au public, des toiles  esthétiques, dont les couleurs vives ont leur sens, M. Charly d’Almeida  a fait un détour vers la sculpture au cours de cette résidence de création contemporaine. Selon ses propos, ce revirement n’est rien d’autre que  la suite d’un projet entamé depuis 2012. Unissant des armatures, l’artiste emporte dans un univers de visages angoissés, visages en joie, visages en détresse. « Ma spécialité ici, c’est des masques fusionnés. On peut voir deux ou trois visages avec des signes anatomiques différents.  Mais quand ces visages sont fusionnés, ils deviennent un », a fait –t-il savoir. Parlant des œuvres liées à la thématique, Charly donne rendez-vous à tout le monde le 22 mai prochain.

 S’inspirant des nouvelles technologies de l’information et de communication, M. Théodore Dakpogan aborde autrement la thématique ‘’Le capitalisme’’. A l’en croire, tout le monde est  préoccupé par ce virus de la téléphonie mobile. Partout on rencontre des gens, qui sont très occupés soit par les portables, les tablettes, bref,  les nouvelles technologies sans se soucier même de la sécurité de leur santé. « C’est pourquoi, j’ai réalisé cette œuvre, qui a des téléphones sur la tête, parce qu’on pense plus au téléphone. Pour remédier à cette situation, les gens doivent se rappeler qu’ils viennent de quelque part. Ils doivent constamment faire un retour en arrière dans leurs origines ancestrales  d’où l’installation de ‘’Assin’’ », a –t-il justifié.

Par Rodéric Dèdègnonhou

Résidence de création au complexe culturel ‘’Le Centre-Bénin’’ : Olga Luna et Vincent Bredif, un duo pétulant

                                (Les œuvres dévoilées au public vendredi) Au lendemain de la cérémonie du vernissage de l’exposition  de...