dimanche 17 février 2013

Trois questions à M. Moussa Sène Absa ,Président du jury long-métrage du festival "Quintessence" édition 2013

"C'est aussi une considération de la part d'un ami et d'un collègue, en la personne de Jean Odoutan"
De nationalité sénégalaise, le cinéaste Moussa Sène Absa séjourne depuis quelques jour au Bénin. Il présente son dernier film, "Yoole, le sacrifice", un documentaire de 75minutes", à la 11ème édition du festival "Quintessence". C'est avec une grande fierté que M. Jean Odoutan, délégué général du festival "Quintessence" a désigné Moussa Sène Absa pour présider le jury long-métrage. Moussa Sène Absa partage ici sa première réaction après cette annonce. Il fait un tour d'horizon. Entretien.

Quelle est votre première réaction sur le fait de présider le jury des films de long-métrage ?

"J'ai reçu cette annonce comme un honneur. C'est aussi une considération de la part d'un ami et d'un collègue en la personne de Jean Odoutan. Je salue ici, l'engagement, la perspicacité et l'effort continuel de Jean Odoutan, pour faire de son pays un endroit où le cinéma a droit de cité. Je pense que les efforts que Jean Odoutan est en train de faire doivent pousser chaque individu à considérer le cinéma comme un art majeur. Un art qui est capable de changer des gens, de changer l'avis des gens, de leur donner un peu de bonheur mais aussi de les rapprocher de leur culture."

Vous avez le privilège de participer à plusieurs festivals de films dans le monde. Qu'est-ce qui fait la particularité de Quintessence selon vous ?

La fraternité et la convivialité. C'est quelque chose que je trouve vraiment typique au festival "Quintessence". Tout le monde me connait, au point où j'ai l'impression d'être chez moi.

Qu'est-ce qui vous guide, en tant que président du jury des films de long-métrage ?

Que le meilleur gagne. Nous allons travailler sur la qualité. La qualité et rien que la qualité. C'est- à dire, la qualité des films, de l'histoire, la voix du réalisateur, sa vision du monde et ses questions qu'il pose à travers son film à l'ensemble de son peuple et de tous les cinéphiles.
Propos recueillis par Rodéric Dèdègnonhou, journaliste à l'Agence Bénin Presse

Résidence de création au complexe culturel ‘’Le Centre-Bénin’’ : Olga Luna et Vincent Bredif, un duo pétulant

                                (Les œuvres dévoilées au public vendredi) Au lendemain de la cérémonie du vernissage de l’exposition  de...