lundi 23 novembre 2009

Spectacle déambulatoire sur le phénomène dun réchauffement climatique:Méshac Gaba montre des impacts du CO2 de cotonou

Les dangers du changement climatique ou du réchauffement climatique n’épargnent aucun pays du monde entier. Puisque l’environnement est le seul héritage commun au monde, il subit des modifications auxquelles, l’homme demeure le principal auteur. Ces changements quotidiens sont à l’origine des gaz à effet de serre dont le plus important élément est le dioxyde de carbone (CO2). La population béninoise, notamment celle de la ville de Cotonou est en contact permanent avec cette composante nocive qui dégrade l’environnement. C’est au regard de ce fait empirique, que le plasticien béninois de renom international Meshac Gaba a effectué samedi dernier un spectacle déambuloire sur le phénomène du réchauffement climatique, notamment le CO2. Au delà de pointer du bout du doigt cette réalité du Bénin ; le principal objectif de l’artiste à travers cet évènement est de présenter à la communauté internationale ce travail au cours du sommet sur le réchauffement climatique ; qui aura lieu le 07décembre prochain à Copenhague en Danemark.
Le choix de la ville de Cotonou n’est pas du hasard pour le plasticien Meshac Gaba. Vitrine du Bénin, Cotonou regorge de la plus grande poussée démographique où une kyrielle d’activités est menée. L’activité de tous les regards dans cette capitale économique se réduit aux conducteurs de taxi –motos. Ces derniers polluent au quotidien l’environnement à travers l’usage de l’essence frelaté, malgré la présence des stations. En effet, le spectacle déambulatoire sur le phénomène du réchauffement climatique de Meshac Gaba a sillonné des artères de la ville de Cotonou. Mobilisant une centaine de conducteurs de taxi –motos, habillés en maillots jaune avec un cache nez griffé (CO2) ; la procession a débuté du carrefour Dédopko à Akpakpa pour atterrir sur l’esplanade du stade de l’amitié via carrefour st Michel et place de l’étoile rouge. Evènement de tous les regards dans la ville de Cotonou à eu lieu samedi dernier. Les conducteurs de taxi-motos identifiés ont remis les cache- nez au plasticien. Ensuite le nettoyage proprement dit a commencé. Il s’agit d’enlever des traces noires de fumée mélangée à la sueur. Cela représente pour Meshac Gaba les tâches de survie, de souffrance et de la fumée polluée qu’on inhale à travers le nez. Le plasticien confie que « C’est une manière de faire réfléchir les conducteurs de zémidjans et les habitants de Cotonou sur le phénomène de CO2 qui pollue notre environnement. Et en même temps, cela fait penser au réchauffement climatique. » L’ampleur de la pollution à Cotonou, selon Meshac Gaba. « Au Bénin, à cause du chômage et de la réorganisation structurelle, le phénomène de pollution par le CO2 est né dans les année 80. Créé par les fonctionnaires du gouvernement qui ont perdu leurs emplois et sont devenus des chômeurs, ils rentrent dans une nouvelle vie comme des chauffeurs de taxi moto. Cette situation a aussi touché des désoeuvrés, parce qu'il leur permet de gagner de l’argent et prendre en charge leurs familles. Le problème de chômage a donc été réglé mais a engendré le problème de la pollution. C'est un problème crucial que le gouvernement du Bénin n'a pas été capable de résoudre depuis toujours. Au contraire, un grand nombre de paysans ont commencé à laisser leurs terres et viennent en ville pour devenir chauffeur de taxi moto qui a l'air d'être un travail facile mais en réalité un travail très fatiguant et dangereux, parce que beaucoup d'accidents de rue en découlent. Leur seul problème est d’apporter de l'argent à leurs familles et d’être capable d'acheter de la nourriture. Les taxis moto utilisés, communément appelés corbillard, pour cette affaire sont principalement d'occasion, importés du Japon ou d'Asie. Ils sont achetés par les riches, et les conducteurs pauvres louent ceux-ci pour approximativement 1000 à 1500 CFA par jour (1000 CFA égale à 5 EUR). Les chauffeurs de taxi moto gagnent entre 3000 ou 4000 f CFA par jour, et après avoir payé la location au propriétaire, le reste de l'argent leur revient. Certainement dans un pays où le salaire de base est de 30.000 a 40.000 CFA par mois et où il n'y a pas beaucoup de travail, conduire le taxi moto est une forme de travail attirant et nécessaire, simplement parce qu'il n'y a aucune autre alternative. Nous pensons que ce type de travail diminue le vol dans la société béninoise, mais pollue en même temps, parce que les motos taxi sont vieux, ils roulent avec du carburant frelaté qui vient de Nigeria, amenés par des contrebandiers. Les revendeurs disposent du carburant dans des bidons en plastique et des bouteilles pour la vente. Ce commerce est tenu par la même classe sociale. Au-dessus de tout, la vente de l’essence est principalement fait par les femmes, parce qu'elles ne peuvent pas conduire les taxi moto, elles peuvent être agressées par des clients qui ne veulent pas payer la course. C'est un travail plein de risques. C'est pourquoi les femmes préfèrent vendre l'essence. Même les gens handicapés s'impliquent dans le commerce illégal d'essence malpropre, en adaptant sur de vieux scooter Vespa des réservoirs à essence agrandie, comme un side-car où ils s'asseyent dessus et conduise comme sur une chaise roulante. Conduire ce genre d’engin cause au conducteur handicapé quelquefois des incendies. Par suite de l'essence malpropre qui est riche de CO2 la ville de Cotonou y compris ses habitants sont pollués lourdement. La plupart des gens tels que les femmes de maison, les écoliers, et les femmes qui portent des enfants sur leur dos, utilisent ce genre de transport, mais aussi les touristes européens font partie du jeu, parce que c'est une forme de transport dans la ville. » La pollution, une responsabilité partagée selon Gaba « La ville de Cotonou est continuellement couverte par un brouillard brumeux gris causé par les fumées polluantes de milliers de moteur de taxi moto et la fumée de voitures d'occasion utilisées pour la plupart par les gens plus riche. Nous appelons ces voitures 'Venues de France' ou ' Venues d'Europe', ce qui signifie la poubelle de l’un est la fortune de l’autre. Béninois, libanais et plusieurs européens sont impliqués dans cette affaire de la pollution. La plupart des voitures utilisent aussi l'essence malpropre du Nigeria. C'est un problème de survie et un problème crucial pour le gouvernement du Bénin. Si les habitants de la ville de Cotonou avaient les moyens de faire d'autres choses, ils ne s'impliqueraient pas dans cette affaire. Aussi si l'Etat avait les moyens d'arranger un transport public propre, les habitants de la ville n'utiliseraient pas ce genre de moyen polluant. Nous pouvons regarder aussi ceci comme un problème de pauvreté. Pour diminuer la pollution, le gouvernement a introduit l'impôt du carbone ou ' les taxes' de la fumée comme les gens l'appellent au Bénin. Mais cela n'a rien changé à cause de la corruption qui est un autre problème difficile. Après l'arrivée des micros crédits, pour encourager le développement et décourager la pollution, les prêteurs ont essayé d'améliorer ceci en encourageant le Taxi moto Éco, en utilisant de nouvelles motos. L'argent est prêté aux conducteurs de taxi moto, en leur permettant de devenir les propriétaires, mais l’Etat n'a pas été capable d'arrêter le problème de l'essence illégale malpropre qui vient du Nigeria. Le gouvernement a fait appel aux prêteurs pour installer de petites stations d'essence propre pour les petits vendeurs d'essence malpropre. Mais malheureusement cela n'a pas aussi arrêté l'affaire de la contrebande d'essence polluée, parce que les petits vendeurs n'ont pas les moyens demandés par les prêteurs pour commencer une affaire d’essence propre. Donc l'affaire de la pollution avec le taxi moto s’est répandue à travers l’Afrique de l’Ouest à cause du manque de travail qui se développe de plus en plus dans le monde. Les taxi moto et leurs clients sont conscients du fait que la fumée émise par les motos peut les rendre malade, il peut leur donner le cancer ou la pneumonie, mais apparemment ils préfèrent souffrir que mourir de faim. Le phénomène de la pollution se retrouve sous d’autres formes dans les grands pays industrialisés où les gens sont conscients du danger, mais ne peuvent pas l’arrêter à cause de l'économie. Ils ont proposé le réduire avec beaucoup de solutions. » Par Rodéric Dèdègnonhou

Résidence de création au complexe culturel ‘’Le Centre-Bénin’’ : Olga Luna et Vincent Bredif, un duo pétulant

                                (Les œuvres dévoilées au public vendredi) Au lendemain de la cérémonie du vernissage de l’exposition  de...