vendredi 6 mars 2009

Festival Rencontre sur tout- Terrain « Rest »

La 08ème édition aura lieu à Abomey Alexandre Atindoko et ses collaborateurs se préparent activement pour organiser avec faste la 08ème édition du Festival Rencontre sur tout- Terrain. La cité historique des «houégbadjavis » a été choisi par le comité pour abriter les manifestations socio culturelles de l’évènement les 09,10 et 11 Avril prochain. Ce festival intervient pour éveiller et développer l’esprit artistique des enfants et apprenants des cours primaires du Bénin et de la sous région . Après la ville de Ouidah, c’est Abomey qui va accueillir la série d’activités marquant la 08ème édition du Festival Rencontre sur tout- Terrain .Ainsi en ont décidé Alexandre Atindoko et ses collaborateurs. Ces derniers mettent les petits plats dans les grands depuis quelques semaines afin de mieux impressionner la masse au cours des festivités de cette année. La volonté déterminante de Alexandre Atindoko est désormais une réalité au Bénin. Car, la mayonnaise de porter spectacles vivant vers la masse a pris l’année dernière où les enfants et apprenants avaient revisité les danses, chants, contes et chorégraphies africains dans un style pointu. Une expérience que la compagnie Tout-terrain de Alexandre Atindoko veut toute fois pérenniser au fil des éditions à venir .Au delà d’éveiller et de développer l’esprit artistique des enfants et des apprenants du primaire, le festival Rest vise également de permettre à ceux-ci de découvrir les richesses contenues dans les valeurs traditions africaines. La réussite d’une telle aventure fait appel au ’implications des autorités culturelles du Bénin et quelques mécènes dont Alexandre Atindoko en appel au secours. Rappelons que Rest de l’année 2008 a connu une réussite parfaite. Car l’euphorie de la masse était à son comble. Avec 48 spectacles, les enfants adulés aux répétitions ont montré au public leurs talents artistiques sans ambages. Les représentations des contes mimés, interprétations, récitals poétiques, chorégraphies et sketchs en sont des illustrations. Les compagnies «les Griots noirs» et «la voix de Koudougou» respectivement du Togo et Burkina Faso ont également pris part à cet évènement en vue de promouvoir leurs talents et de se familiariser avec leurs pairs du Bénin. Cet engagement montre clairement que le directeur du Rest, Alexandre Atindoko prépare la relève de qualité en matière de spectacle au Bénin et dans la sous-region.

Quelques mots sur Rest

Le festival Rencontre sur tout-terrain (Rest) est une manifestation culturelle à but non lucratif jadis nationale et actuellement internationale qui consiste en l’organisation de compétition de spectacles à l’intention des écoles primaires sur toute l’étendue du territoire national. Ce volet est la partie «In» de la manifestation. La partie «Off» (hors compétition) est assurée par des troupes d’enfants, scolaires ou non et depuis l’année 2007 par des délégations étrangères avec l’ouverture internationale de l’évènement. L’ambition principale de Rest est de promouvoir l’excellence et de récompenser les efforts par des trophées et prix. Par ailleurs, l’organisation du festival vise à préparer une relève de qualité en ramenant la production artistique et culturelle à la base et établir des liens d’amitié et de fraternité entre les enfants venus de divers horizons. A travers ses activités, le festival Rest comporte cinq rubriques : il s’agit du conte mimé, le récital poétique, le sketch, l’interprétation et la chorégraphie. A noter que le Conte mimé permet à l’enfant de tirer des leçons et principes éducatifs des mythes et légendes, le Récital poétique permet à l’enfant d’acquérir l’art de la parole. Le Sketch confère l’aptitude de l’improvisation et la suite dans les idées. Et enfin l’Interprétation participe à l’acquisition de l’assurance dans la voie sans oublier la Chorégraphie qui amène l’enfant à développer une grande harmonie dans les faits et geste de l’aisance.

Rencontre avec Alexandra Gaba van- Dongen

Conservatrice d’objets d’arts au musée « van boijmans beuningen » de la Hollande
Une ferrure de Musée à la quête d’un métissage d’objets d’arts Nord-Sud.
Du 17 Décembre au 05 janvier dernier, la muséologue et conservatrice des objets d’arts Alexandra Gaba Van- Dongen a séjourné au Bénin en compagnie du plasticien béninois Meschac Gaba, son époux. Ce laps de temps consacré à l’environnement du Bénin a permis de découvrir cette hollandaise en ce qui concerne sa bibliographie, ses responsabilités du milieu professionnel, ses projets et enfin de porter un regard critique sur le travail gigantesque de Meschac Gaba. Rencontre explosive de joies et pleine de sérénité. Alexandra Gaba Van - Dongen est aujourd’hui l’une des meilleurs pions mobiles du monde qui œuvre pour le rayonnement et la conservation des objets d’arts antique et contemporain. Quadragénaire, la muséologue et conservatrice d’objets d’arts a un carnet d’adresses bien chargé de par son féminisme, son dynamisme et sa dextérité. Cela s’illustre par ailleurs à travers les invitations qu’elle reçoive de ses pairs pour participer à des expositions dans plusieurs pays tels que : le japon, L’Afrique du sud, le brésil, la France et new-york.Egalement, Alexandra Gaba Van- Dongen est régulièrement sollicitée par des directeurs de musées ou des structures étatiques et privées oeuvrant dans le sens de la conservation des objets d’arts pour donner ses faits empiriques sur des sujets précis. Avec tact, la ferrure du musée impressionne plus d’un à travers sa lecture singulière qu’elle aligne aux objets d’arts dans une dimension diversifiée. En effet, Etudiante en histoire d’arts à l’université de Leiden en Hollande ; Alexandra Gaba Van- Dongen a commencé par travailler au musée « Van boijmans beuningen » depuis 1984 en qualité d’assistante de conservation des objets d’arts. C’est en 1992, qu’elle a eu le privilège d’occuper le poste de la conservatrice dudit musée jusqu’à nos jours. Une lourde responsabilité qui lui incombe d’énormes mobilités dans les musées du monde. Les responsabilités de Alexandra Gaba Van -Dongen Au-delà d’être sollicitée un peu partout dans le monde, Alexandra Gaba Van - Dongen n’a cessé d’œuvrer pour le rayonnement du musée « Van boijmans beuningen » crée environ 30 années. A Rotterdam, les visiteurs hollandais et d’ailleurs sont de plus en plus nombreux grâce notamment à un calendrier d’expositions temporaires étoffé, à des ouvertures nocturnes, gratuite pour certaines catégories de personnes, et à une programmation d’événements expositions ; Alexandra Gaba Van - Dongen accorde une grande importance aux diverses collections d’arts et design. C’est ainsi que des objets du médiéval sont régulièrement exposés sous forme des installations et des tableaux en peinture. Au regard de tous ces efforts, Alexandra Gaba Van Dongen apparaît comme une virtuose de sauvegarde des objets d’arts de Hollande. Alexandra Gaba Van - Dongen entre poterie moderne et traditionnelle.
La poterie apparaît comme la fabrication d’ustensiles de terre cuite et de grès. Art artisanal, elle inspire la muséologue Alexandra GabaVan -Dongen dans sa volonté de lui donner une nouvelle image sans occulter de veiller à sa conservation. De ce feeling, elle tient à étudier les facettes et les techniques de cet objet commun au monde pour créer un métissage. Il s’agit pour elle d’unir les objets en poterie notamment «La marmite » du Nord- Sud autour d’un point commun. Par exemple grande exposition sur les variétés de marmites du monde a-t-elle précisé. Vue de la récente exposition des poteries au musée « van boijmans beuningen » de Hollande .
Regard critique de Alexandra Van- Dongen sur le récent travail de Meschac Gaba
Au- delà de voir la carrière internationale de Meschac Gaba en matière des arts plastiques, Alexandra Van - Dongen souligne que l’inspiration de l’artiste dépasse souvent l’entendement de son environnement. Sinon qui pourrait imaginer qu’après les perruques en forme de Building à New -York, Meschac Gaba viendrait réaliser des perruques en forme de voitures dont la parade dans les artères de la ville de Cotonou a suscité l’engouement du public béninois. Alexandra Van- Dongen a fait savoir qu’il s’agit d’un travail plein de sérénité qui colle aux réalités d’aujourd’hui. Elle pense que Meschac Gaba est parvenu à tisser un pont entre modernité et tradition de par les masques traditionnels «Guêlêdè».
« Perruques en forme de voitures » de Meschac Gaba. Après sa descente trois fois, Alexandra Van -Dongen ambitionne un projet pour le Bénin« Actuellement, je suis entrain d’élaborer un grand projet pour le Bénin. Je dois cet engagement à cette nation qui m’a donné l’hospitalité, sympathie, amour et d’autres inspirations » a laissé entendre la muséologue. Le Vœu de Alexandra Van -Dongen est de rencontrer des autorités béninoises et institutions chargées de la culture sans occulter les responsables des musées et des galeries pour leur expliquer la substance du projet. Après phase, elle envisage monter une équipe dynamique au Bénin qui va la permettre d’atteindre les objectifs de » son projet. Rappelons que Alexandra Van –Dongen a effectué sa première visite au Bénin en 2003, la deuxième en 2005 et récente en 2008.

Résidence de création au complexe culturel ‘’Le Centre-Bénin’’ : Olga Luna et Vincent Bredif, un duo pétulant

                                (Les œuvres dévoilées au public vendredi) Au lendemain de la cérémonie du vernissage de l’exposition  de...